Réflexions aléatoires et rencontres à Beijing

Réflexions aléatoires et rencontres à Beijing

Je suis arrivé à Beijing le 5 janvier. J’y ai passé deux jours seulement, je ne suis même pas allé voir la muraille de Chine, je ne suis pas le touriste le plus diligent. Voici quelques réflexions et rencontres que je souhaite conserver dans ce cerveau externe qu’est ce blogue.

J’aime ici.

J’ai rencontré différentes personnes:

Shirley : dans la soixantaine qui voyage environ la moitié de l’année en voyage. Elle vit normalement à Calgary. Elle n’a pas de maison là-bas, tout est dans un entrepôt. Elle pacte et dépacte à chaque fois. Ces enfant trouvent que ça fait beaucoup. Elle est retraitée (travaillait avant pour IBM), reçoit une pension. Elle voyage cheap (je l’ai rencontré dans une auberge de jeunesse) et la plupart du temps en solo. Je lui ai dit : “MERDE MAIS CEST VRAIMENT INSPIRANT ce que tu fais, de voyager comme ça à l’âge de la retraire, partage ce que tu fais, ça pourrait en convaincre d’autres de faire la même chose, pour ceux qui veulent, mais qui ont la chienne, tu pourrais servir d’exemple.” Je lui recommande d’utiliser instagram, c’est pas de trouble. Ensuite je réalise que faut que je suive ce que j’ai lui ai dit. Je me demande si ce n’est pas à moi que je parlais finalement.

Idée : écrire sans recorriger, sans revenir en arrière. Sauf, peut-être pour les fautes d’ortographes, cela laisse peu de temps au cerveau rationnel de réfléchir à ce qui “doit” être écris ou pas, à ce qui paraît bien. Cela laisse peu de temps au cerveau de douter. Bref, cela donne plus de place au côté singe et sauvage de s’exprimer sans contrainte. C’est plaisant.

John : Un gars américain de mon âge. Il est fatigué là, tout ce qu’il veut c’est d’aller se reposer sur une plage en Thailande. Un mélange d’intellectuel introverti et d’un manuel. Il a travaillé avec des gens au Colorado dans une place qui s’appelle “Makerspace” ou “Hackerspace”, c’est un endroit où tu as plein de patenteux qui peuvent collaborer sur des projets entrepreneurials ou non avec des outils technologiques (genre imprimante 3D) ou pas. Bref, c’est bien. Apparement, que ce genre d’espace permet la rencontre de personnes ayant des background complètement différents. Excellente chose. Il a un projet en tête: il veut faire un système automatisé pour arroser des plantes et envisage de partager gratuitement son design. Je lui dit: “Ben voyons donc, ça m’intéresse énormément, je vais t’envoyer un courriel un moment donné pour savoir si ton projet à porté fruit”. *** Il y a une autre chose que je retiens de cette rencontre. Il m’a raconté qu’il a travaillé durant l’été dans un “warehouse” ou entrepôt. En travaillant là, il était assidu à son travail et on lui a offert plus de responsabilités, de monter d’échelon dans l’entreprise. Il a refusé, mais cela l’a rassuré de voir qu’avec du focus et du bon travail, on peut vraiment avancer. Ça ma rassuré aussi en fait et ça ma donné confiance qu’avec de la drive, de la motivation, il y aura toujours des projets ou des entreprises qui nous donnerons l’occasion d’avancer. Quelque chose de même.***

Un chauffeur de taxi chinois qui parle juste chinois : Il essaie de m’expliquer quelque chose patiemment, mais je ne comprends rien. Je fais juste sourire et avoir l’air un petit niais j’imagine.

Là où je suis resté.

Un peu beaucoup de suremballage.

Je recommande ce “hot pot”, c’est chauffé grâce à du charbon au milieu. Une vraie expérience culinaire. J’étais content. J’ai pris une photo.

Une photo d’une partie de la Cité Interdite. Je ne suis pas allé visiter à l’intérieur. Il fallait acheter un billet et il était relativement tard. Un petit regret que je vais devoir garder avec moi pour le restant de mes jours.

Un brave qui nage dans de l’eau glaciale