You are currently viewing Zhengzhou: une ville sans âme, mais il y a de l’espoir

Zhengzhou: une ville sans âme, mais il y a de l’espoir

Après un court séjour à Beijing à essayer d’être un touriste, je de moi rappeler pourquoi je suis ici. Je suis venu ici accomplir une misssssion. Comme le dit si bien le capitaine Patenaude dans une série télévisée que j’affectionne particulièrement. Voir à la 1:40 pour ce que je veux dire.

Alors quelle est cette mission? Aller voir des fournisseurs d’équipements chinois en vue d’acheter deux ”machines” qui nous intéressent: une casseuse pour bulbe d’ail et un coupe racine.

Mais comment as tu trouvé ces fournisseurs mon petit Arnaud? Avant de partir en voyage, j’ai vu des vidéos youtube de leurs machines et j’ai contacté des entreprises. Sur les deux qui m’ont répondu, ils étaient toutes les deux dans la même ville, Zhengzhou. J’ai dit que je voulais aller les voir. Ils m’ont dit que c’était possible. Voilà, c’est tout. C’est juste avec ça que je me retrouve soudainement en Chine en direction de cette ville… de 10 millions d’habitants que personne ne connaît.

Voici un des vidéos qui a capté mon attention:

A***On jase là, mais d’après moi il pourrait y avoir une demande de la part de ces compagnies fournisseurs d’équipement pour engager des personnes capable de faire des vidéos de qualité qui présente leurs produits. Pour vrai, les vidéos sont nuls et il me semble que ça serait tellement dans leur avantage de faire des vidéos qui montrent bien tous les éléments de la machine et pi c’est ça. Ma réflexion s’arrête là.***

Donc je m’en vais là-bas tout bonnement. Je ne sais vraiment pas à quoi m’attendre. Je réserve un train normal. J’arrive dans le train, boom! 300 kilomètres heure pas le temps de niaiser icitte. Et les toilettes? Des toilettes turcs, faque des surprises un peu partout.

C’est une drôle de ville. 0 maison de banlieue. Soit il y a rien… genre des terrains vagues, soit il y a des entrepôts ou des tours de résidence de 30 étages avec des commerces au premier étage. Ils ont un métro très moderne, trois lignes et… 5 lignes de métro en construction ou planifiées… Voici un phrase hallucinante sur laquelle je suis tombé: “According to the long-term plan, the city is planned to build 21 subway lines by 2050”. Ça c’est de la planification mon gars.

Pourquoi je dis que c’est sans âme? Parce qu’il n’y a rien, il n’y a pas de profondeur, c’est trop neuf, trop rangé, c’est vide finalement. Ç’est comme si c’était une ville qui avait poussé trop vite… comme un ado immature qui a un corps d’adulte, mais qui n’a pas d’expérience ou du moins, pas autant de profondeur qu’un adulte qui en a vu passer des belles et des pas mûres. À terme, je pense toutefois que les résidents vont s’approprier la ville et ajouter du ”grain”, de la texture. J’espère pour eux en tout cas parce que de ce que j’ai vu, c’est un ville complètement vide. La note d’espoir? J’ai vu des gens qui pratiquait du tai chi dans un parc. Ben ouais, on s’accroche sur ce que l’on peut.

Un jeune arbre immature surplombé de tours à résidence (très fier d’avoir utilisé ”surplombé”).

Tout ou rien.

Un projet immobilier. On constate une volonté de mettre de la verdure.

Une réflexion digne de mention d’un ami que je tiens en haute estime sur cette approche urbanistique (ça se dit tu? ça paraît bien je trouve).

Ça peut sembler dégueulessage, mais je trouve que ça a le mérite d’être vrai. C’est moins hypocrite que notre présentation de la viande qui est complètement déconnectée de l’animal.

Ma face quand j’ai visité une des entreprises. Je suis bien content.

J’ai vraiment eu une bonne impression des deux entreprises. Ça change de l’image pas très belle que l’on a tendance à attribuer aux compagnies chinoises disons.

Francine. Une personne pétillante de vie qui m’a acceuilli durant mon séjour (grâce à couchsurfing). Elle vient des Phillipines, enseigne l’anglais aux étudiants chinois et épargne ses sous pour éventuellement partir une auberge de jeunesse dans son pays natal.